Commission santé et protection sociale du Parti communiste français

Commission santé et protection sociale du Parti communiste français
Accueil
 

100%sécu

Abonnez vous aux Cahiers de Santé Publique et de protection sociale

 
 
 

Les internes ne doivent plus être la roue de secours de l'hôpital en crise.

Depuis le 10 décembre les internes en médecine (toutes spécialités confondues) appellent à la grève reconductible. Ce mouvement, à l'initiative de l'InterSyndicale Nationale des Internes (ISNI), dénonce l'austérité budgétaire qui frappe durement l'hôpital public, la crise sanitaire qui en découle, la gestion purement administrative de l'organisation des soins, l'explosion du temps de travail des internes et la dégradation de leur formation.

Il faut le rappeler, les internes en médecine sont des étudiants en formation. Ils ne doivent en aucun cas être indispensables à la continuité des soins des établissements de santé. Aujourd'hui ce principe est bafoué. A force de politiques d'austérité budgétaire, de diminution du nombre de professionnels de santé et notamment du temps médical, les internes sont utilisés comme une main d’œuvre bon marché (mal payée) et soumise via la menace d'invalidation de stages ou de persécution. Cette exploitation des internes se fait au détriment de leur formation, mais aussi de leur santé. La moyenne de temps de travail d'un interne est aujourd'hui estimée à 56h hebdomadaire. Cette surexploitation induit un risque élevé de troubles anxieux, dépression et idées suicidaires.

Pour les communistes, il est avant tout urgent de faire respecter : la loi sur le temps de travail, les repos et les temps de formation. La réforme du troisième cycle doit être revue et nous sommes disponibles pour en discuter.

La dégradation des conditions de travail des internes est évidemment liée à la destruction progressive de l'hôpital public par les gouvernements successifs. C'est pourquoi la solution doit être collective. Les internes et les salariés des hôpitaux peuvent rester unis pour des soins de qualités dispensés par des soignants en bonne santé et contre ce pouvoir menant une politique déshumanisée et autoritaire. Ne les laissons pas briser ce qu'est l'engagement initial d'un professionnel de santé.

Le parti communiste est attaché à des soins de proximités et de qualité. Les parlementaires communistes ont déposé un projet de loi regroupant 42 propositions allant en ce sens.

Nous soutenons le mouvement de grève des internes.

Nous appelons à la manifestation du 17 décembre.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.