Commission santé du Parti communiste français

Commission santé du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

Pour le retrait du plan autisme

Intervention de Jean Luc Gibelin au nom du PCF et du FDG Santé au meeting unitaire psy du 1er juin 2013.

Si nous demandons le retrait du plan autisme, nous considérons néanmoins qu’il pose de vrais problèmes auquel il est grand temps d’apporter des réponses réelles et concrètes :

Oui, les ruptures de soins et de prise en charge, notamment au moment des passages de tranches d’âge, par manque de relais entre structures et dispositifs, sont intolérables

Oui le manque de moyens, en terme de personnels qualifiés, de places et de structures adaptées, qui n’a fait que s’aggraver au fil des 30 dernières années doit cesser

Oui le manque de soutien accordé à la souffrance des parents, parallèlement à la prise en charge de leur enfant, doit cesser

Malheureusement les préconisations du Plan autisme ne répondent à aucune de ces questions.

Pire, il s’agit d’un « Cheval de Troie » qui va se changer en véritable arme de guerre contre ce qui subsiste de psychiatrie humaniste.

Pourquoi ?

Alors que l’on sait que l’autisme est à causes multiples (génétiques, neurologiques, psychiques,…) les recommandations de l’HAS reprises par le Plan Autisme ne retiennent que le trouble neurodéveloppemental excluant donc de cette recherche clinique les équipes utilisant une référence psychodynamique ou psychanalytique.

Cette recherche clinique devant être croisée avec l’EBM (Evidence Based Medecine). Il s’agit en fait de la compilation des communications en anglais dans les revues anglo-saxonnes, fondées sur une méthodologie ne prenant en compte que les travaux randomisés en cohorte. Ce qui exclut l’essentiel de la recherche française, fondée sur des analyses cliniques de cas monographiques. Comme le soulignait le rapport Million au Sénat en décembre.

On le voit, c’est une caricature de démarche scientifique. C’est une imposture scientifique visant à ne confirmer que ce que l’on veut faire croire.

Cela devient une théorie de l’Etat.

La logique de rentabilisation et de marchandisation de la santé n’a cessé de se développer au travers de réformes comme la loi HPST. Si toutes disent œuvrer dans l’intérêt des patients et de la qualité des soins, elles instrumentalisent l’HAS pour arriver à leur fins.

Nous dénonçons le caractère antidémocratique de cette HAS. On nous dit qu’elle serait indépendante du pouvoir. Il n’en est rien ! Puisque ses membres sont nommés et désignés par le Président de la République. Il n’est pas inutile de rappeler que ce sont les Ordonnances Juppé qui ont instauré l’HAS. Nous voulons réaffirmer notre opposition à ces ordonnances depuis leur publication. Nous avions demandé leur abrogation en 1997, nous n’avons pas été suivi par la majorité socialiste de l’époque. Les ordonnances sont donc encore en activité, l’HAS aussi.

L’HAS est bien un appareil d’Etat. Mais un Etat positionné maintenant clairement au service du libéralisme et de la déréglementation sociale.

L’Etat utilise la Has, la met en avant en fonction de ses besoins. Là il s’agit d’en finir avec la politique de secteur et la continuité des soins en psychiatrie, donc on la met en avant et on met en œuvre une machine de guerre qui va à terme interdire toute pratique remettant en cause ces dogmes libéraux.

Mais lorsque l’HAS pourrait démontrer que certains dispositifs, certains traitements sont dangereux (Médiator,…) elle se tait. Cela permet aux actionnaires de gagner des années de profits.

Pour en finir avec cela, nous proposons au contraire, d’innover et d’inventer des modalités de contrôles démocratiques pour les professionnel-le-s et les usagers, les ayants-droit à la santé.

Concernant l’autisme et probablement plus globalement la psychiatrie, le piège tendu est celui d’une opposition irréductible entre « techniques cognitivo comportementales » et approches psychodynamiques.

En instrumentalisant les approches cognitivo comportementales on tend à faire croire qu’elles seraient irréductiblement opposées aux approches psychodynamiques et analytiques. Mais surtout on laisse croire qu’une seule peut être valable et que l’autre doit disparaître.

C’est d’ailleurs un piège dans lequel sont tombés certains psychanalystes qui demandent en retour l’interdiction des TCC.

Concernant la recherche, nous considérons qu’il faut donner les moyens à la pluralité des approches et des champs (génétique, biologique, psychanalytique, cognitive, comportementale,…) fondés sur la clinique et favorisant le croisement de leurs travaux et la recherche de complémentarités. C’est d’ailleurs sur cette base autour notamment d’Henri Ey qu’a pu se développer la psychiatrie à la française. A cette époque tous les courants se retrouvaient et pouvaient échanger, confronter leurs approches. D’ailleurs aujourd’hui la quasi-totalité des psychiatres d’adultes, se référant à la psychanalyse ne se privent pas de prescrire des médicaments en parallèle de leur approche relationnelle.

En tant que parti politique, il ne nous appartient pas d’intervenir dans les choix professionnels sous réserve du respect des individus, des formations, des qualifications.

La démarche que sous tend le plan autisme, aboutit à une vision de l’humain réduit à son symptôme, à son trouble qu’il faut normaliser. Il ne parle plus de maladie mais d’anomalie… Cela va aboutir à une psychiatrie qui n’aura plus pour mission que de traiter des symptômes, normaliser des populations et des individus ; C’est ce que préconisent les différents rapports de Cléry Mélin en 2003 qui disait explicitement que la psychiatrie devait se limiter au dépistage et au traitement de la crise, puis devait passer la main au médecin généraliste pour le soin et éventuellement au médico-social pour l’accompagnement et l’étayage psychosocial ;

Le rapport Couty en 2009 reprenait ce principe en ne parlant pas une seule fois de continuité des soins, mais que de continuité de la prise en charge. Ajoutant que l’hospitalisation ne devait plus être sectorisée mais globalisée et organisée autour de centres régulateurs du type SAMU, incluant dans ce dispositif - HPST oblige – l’hospitalisation privée à but lucratif ! A qui on ouvre dans le cadre de la RGPP les missions d’intérêt publiques, le service public étant amené à se réduire sur ce que ne veut pas le secteur lucratif.

Il est de notre rôle dans le cadre du débat démocratique de notre société, de définir quelles sont les missions dévolues à la psychiatrie. Pour nous c’est clair la mission que doit assigner la Nation à la psychiatrie n’est ni de se réduire à traiter des symptômes et la crise, ni de normaliser des comportements et des populations, mais de soigner des personnes qui souffrent !

Et pour réinventer cette psychiatrie à la française renouant avec les fondements humanistes de la psychiatrie à la française nous considérons que cela ne pourra se faire sans l’intervention démocratique de tous, que nous soyons, professionnels, patients, proches ou simples citoyens.

Deux dates dans le calendrier :

La manifestation nationale du 15 juin pour un service public de santé et d’action sociale initié par la fédération CGT Santé et aujourd’hui avec un appel unitaire large.

Pour notre part, nous mettrons à disposition un espace dans le cadre de la fête de l’Humanité pour continuer le débat pour une autre psychiatrie. Car ne l’oublions pas, ce débat concerne chaque citoyen puisque comme le disait Bonnafé « 

Une société se mesure à la manière dont elle traite ses fous » et comme le disait Tosquelles « C’est la part de folie en chacun de nous qui fonde notre humanité. »

Nous défendons une conception du soin et de la prise en charge où l’on mette l’humain d’abord !

Il y a actuellement 16 réactions

  • :c

    Et arrêtez de traiter les autistes de fous !!! Parce que là vous êtes franchement indéfendable!

    Par mary13, le 10 juin 2013 à 11:27.

  • ARRETEZ CA

    Vous parlez d'un sujet que vous ne maitrisez pas, ce n'est pas parce que beaucoup de psychanalystes sont de gauche qu'il vous faut les soutenir. Il y a en France un scandale sanitaire gigantesque et les recommandations de l'HAS et le plan autisme sont une légère avancée. Le rôle du PCF n'est pas de faire marche arrière mais de soutenir les familles d'autistes pour que le plan soit effectif dans toutes les structures recevant des autistes. Arrêtez ce discours et vous avez mon adhésion demain.

    Par mary13, le 10 juin 2013 à 11:25.

  • Lettre ouverte du KOllectif

    Lettre ouverte du KOllectif du 7 janvier au Président de la République à propos du 3ème plan Autisme

    Monsieur le Président de la République,

    Vous avez reçu un courrier du dit « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire », ainsi que d’un certain nombre de syndicats, partis et organisations représentant des professionnels de santé, à propos du 3ème plan Autisme[i]. Au cas où vous auriez trouvé leur prose quelque peu obscure, nous vous en proposons le décryptage suivant. En substance, ces professionnels vous disent:

    · « La pédopsychiatrie française traditionnelle est la meilleure, et le monde entier nous l’envie.

    · La pédopsychiatrie française traditionnelle intègre déjà toutes les avancées scientifiques découlant de la recherche internationale, sous la forme de prises en charges « intégratives ».

    · Ne vous avisez surtout pas de tenter de vérifier ces affirmations en vous renseignant auprès d’autres pays.

    · Ne vous mêlez pas de savoir si les pédopsychiatres et psychologues français s’occupent bien des enfants autistes, cela ne vous regarde pas.

    · Ne vous mêlez pas de savoir si l’argent de la sécurité sociale et des contribuables est dépensé à bon escient dans nos institutions sanitaires et médico-sociales, cela ne vous regarde pas.

    · Ne vous mêlez pas de savoir s’il serait mieux dépensé ailleurs (à l’Education Nationale, par exemple), cela ne vous regarde pas.

    · Ne retirez en aucun cas les enfants autistes de nos institutions psychiatriques et médico-sociales. Ils nous appartiennent. Comment pourrions-nous vivre sans eux ?

    · Le libre-arbitre des soignants implique de pouvoir faire ce qu’ils veulent des patients, sans aucun contrôle extérieur. Le serment d’Hippocrate est un carcan idéologique fasciste qui ne saurait s’appliquer à la psychiatrie.

    · Le seul problème dans la pédopsychiatrie française, c’est un problème de moyens. Donnez-nous plus d’argent pour continuer à travailler comme nous l’avons toujours fait, sans que personne ne s’en mêle. · Ne nous demandez jamais de rendre le moindre compte sur nos activités, il est contraire à notre éthique anti-bureaucratique d’écrire des comptes-rendus et de remplir des formulaires.

    · Ne lisez en aucun cas les recherches scientifiques internationales, ni les synthèses qui en sont réalisées par la Haute Autorité de Santé, cela ne vous regarde pas.

    · Ne prêtez aucune attention aux associations de familles représentant tout juste quelques dizaines de milliers d’adhérents. Ecoutez uniquement le discours de l’association « La main à l’oreille », représentant une bonne dizaine de familles, qui est la seule homologuée par nos services.

    · Nous sommes les seuls véritables humanistes, et tous ceux qui sont contre nous sont d’abominables tortionnaires.

    · Nous sommes les seuls à prendre en compte la singularité de chacun, tous les autres ne cherchent qu’à réduire les individus à des clones sans âme.

    · Nous sommes les seuls à posséder une véritable connaissance de l’être humain, et tous ceux qui disent en savoir plus sont des scientistes.

    · Nous avons le monopole de la générosité et du service public, et tous ceux qui sont contre nous sont mus par des intérêts mercantiles et financés par les compagnies pharmaceutiques « anglo-saxonnes ».

    · Nous sommes les seuls à être de gauche, et tous ceux qui sont contre nous sont d’extrême droite, à commencer par votre ministre Marie-Arlette Carlotti.

    · La psychiatrie française est une et indivisible, et nous en sommes les seuls représentants légitimes. Des mouvements comme le Collectif des bonnes pratiques en psychiatrie, le Collectif pour une psychiatrie de progrès, ou encore le germanique et blasphématoire KOllectif du 7 janvier ne reflètent nullement des avis divergents en notre sein, ce ne sont que des traîtres, des renégats au service de puissances étrangères et de forces occultes.

    · En conséquence, si vous voulez comprendre les problématiques de la pédopsychiatrie et de l’autisme, ne vous adressez qu’à nous. N’auditionnez ni des scientifiques, ni des psychiatres étrangers, ni des personnes autistes ou leurs familles, ni les représentant des collectifs suscités. »

    Monsieur le Président, nous vous laissons juge du bien-fondé de ces positions, et nous avons toute confiance dans la capacité de votre gouvernement à avoir une approche rationnelle du problème de l’autisme, et plus généralement des troubles cognitifs et mentaux et de la psychiatrie (qui fait actuellement l’objet d’un rapport parlementaire aux enjeux cruciaux de la part des députés Jean-Pierre Barbier et Denys Robillard). Ces questions sont politiques, mais elles ne devraient pas être partisanes. Le 3ème plan autisme est certes loin d’être parfait: il manque de moyens, et il fait encore la part belle aux institutions médicales et médico-sociales, au détriment de l’inclusion pleine et entière des personnes avec autisme dans les écoles et dans la société. Mais il amorce un virage absolument indispensable, et vous devez bien mesurer toutes les conséquences qu’il y aurait à faire demi-tour, uniquement pour faire plaisir à certains lobbys qui ne défendent que leurs intérêts catégoriels au détriment des patients. Nous restons à votre disposition pour approfondir le sujet avec des membres de notre collectif si vous le souhaitez.

    Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de notre plus haute considération.

    Le KOllectif du 7 janvier

    PS : votre maîtrise du sujet apparait clairement lorsque vous parlez de fous dans un article sur l'autisme. Je comprends mieux la pertinence des approches que vous soutenez et la qualité des résultats obtenus. Vous faites peine.

    Par Olivierb, le 06 juin 2013 à 10:10.

  • N'importe quoi

    Je me sens profondément de gauche (quoique "mollement" en pratique, certainement), mais franchement, alors que je partage pourtant volontiers vos opinions sur les sujets de société, j'en ai plus qu'assez de l'anti-libéralisme primaire et imbécile qui règne dans une grande partie de l'opinion de gauche et d'extrême gauche, et dont vous semblez être de bons représentants.

    Plus de 20 ans après la chute du Mur, vous ne vous êtes toujours pas rendus compte (ou alors si, mais ça vous arrange en fait) que l'Etat pouvait tout à fait être une institution littéralement conservatrice qui n'agit que dans son propre intérêt - et non, ce n'est pas nécessairement être néolibéral que d'écrire ça.

    Et c'est triste, car cela vous décrédibilise totalement, vous et vos idées. Ne comptez surtout pas regagner des voix dans les milieux populaires (qui, au mieux, s'en ficheront royalement) avec ce genre de discours.

    Vous vous repliez sur le langage utilisé : "[Le plan] ne parle plus de maladie mais d’anomalie"... Vous semblez y voir un recul, j'y vois un progrès. En effet, le terme "maladie" fait référence à une altération qu'il convient, alors que le terme d'anomalie ne se réfère qu'à un écart par rapport à une moyenne, sans jugement de valeur explicite. La "normalisation" n'est pas une conséquence logique.

    A ce propos, vous ne vous êtes pas rendus compte non plus que, lorsque vous écrivez : "Pour nous c’est clair la mission que doit assigner la Nation à la psychiatrie n’est ni de se réduire à traiter des symptômes et la crise, ni de normaliser des comportements et des populations, mais de soigner des personnes qui souffrent !", vous parlez en fait des faces de la même pièce (vous n'êtes pas les seuls à faire cette erreur, je vous rassure).

    Pour terminer, je l'avoue tout de suite, je ne comprends pas la logique des gens de gauche pro-psychanalyse ; les théories psychanalytiques sont bien davantage compatibles avec un certain conservatisme sociétal (et en pratique, elles le sont, si seulement certains refusaient de s'aveugler) qu'avec des idées progressistes.

    Par Anty, le 05 juin 2013 à 23:13.

  • retrait plan autisme...

    Aux rédacteurs de ce torchon:

    Vous êtes des meurtriers. Avoir de tels propos, reflète juste votre inconsistance, votre méconnaissance du sujet. La France a 40ans de retard pour le traitement de l'autisme. Et vous, avec votre idiotie et votre envie de vous insurger envers et contre tout, vous punissez des enfants et des adultes qui sont déjà en souffrance.

    Votre volonté? de toujours s'opposer à ce qui est mis en place, quelque soit le domaine, heureusement ne portera pas à conséquence puisque vous n'êtes pas reconnu (voir vos résultats lors de campagne électorale).

    Ne vous remettez surtout pas en question. En revanche, laissez des personnes compétentes gérer ce genre de mesure et continuez de ronger votre os et votre haine permanente. A lire cette chose (oui, cette chose, car appeler ça un texte ou un article serait une insulte aux professions d'écrivains ou de journalistes), nous ne pouvons que constater que vous employez de grands mots dont vous ne connaissez pas les définitions, et que vous tentez d’exposer des idées sur un sujet dont, déjà à la base vous ne saisissez pas le sens non plus. Un conseil: avant de nous infliger votre mesquinerie et votre bêtise, essayez de vous renseigner correctement sur le sujet.

    Par rachelle26, le 05 juin 2013 à 00:52.

  • Autisme

    Mais c est pas vrai de réagir comme ça!!!! Avez vous un enfant autiste,est ce a vous qu on a dit que c était de votre faute si votre enfant était autiste ?? Est ce a vous qu on a imposer le packing ? Est ce a vous que les psy ont envoyer voir un juge car on refusais leurs traitement ?? Mais mince le monde entier se moque de la France dans son approche de l autisme et ils ont bien raison........ J ai un fils autiste ,il va rentrez au lycées et jamais si j avait suivi les psy il aurais dût parlez ou jouer.il serait enfermer en hôpital psy,il ne serait pas cette ados qui ne serat pas a la charge de la société . Parlez pas de ce que vous ignorer,j ai vraiment honte,pour vous c est enfermer ses handicaper,on veut pas les voir..... A vomir.

    Par Famillia, le 04 juin 2013 à 15:12.

  • et enfin (après nous)

    Et enfin, nous ne sommes pas éternels. à cause de la prise en charge pourrie de l'autisme en France depuis des décennies, nous, parents, nous prions tous pour que nos enfants CRÈVENT avant nous. Parce qu'ils ne seront jamais autonomes.

    Vous croyez que c'est HUMAIN, une telle prière ?

    Restez, vous dans vos goulags et vos idées dépassées, nous on n'en veut pas. Ayez un enfant autiste : ça vous ouvrira les yeux, massacreurs !!!

    Par luciolerouge, le 04 juin 2013 à 13:26.

  • vos visées électoralistes vous emportent

    Responsables du PCF et du FDG,

    Faire feu de tout bois sur les décisions du gouvernement est une mauvaise tactique. D'abord, ça ne vous fait pas gagner un seul point, en prime ça fait monter l'autre extrême (mais ça vous vous en fichez comme d'une guigne, l'important est de faire pression pour grappiller quelques points que vous ne grappillerez pas, justement.).

    S'il est bon comme vous le faites parfois de dénoncer ce qui ne va pas, proposer à la place serait le corollaire logique. Ce que vous ne faites hélas pas.

    Et surtout, pour la problématique évoquée dans votre article (l'autisme), vous vous fourvoyez :

    - Comment OSEZ-VOUS passer ainsi la brosse à nos bourreaux ? Êtes-vous seulement allé visiter ces endroits où nos enfants et adultes autistes se balancent dans leurs excréments du matin au soir et du soir au matin, complètement shootés ?

    Ah il est beau le principe de respecter l'individu quand il est dévoyé, tout enfant n'a-t-il pas droit à l'éducation ? Pourquoi pas les enfants autistes aussi ?

    Vous pensez que c'est respecter sa particularité de le laisser croupir dans ses matières fécales et son urine en attendant "l'émergence de son désir" ? parce que, c'est bien connu, l'autisme est un "choix du sujet" (version officielle, l'officieuse c'est la faute à sa mère - toujours en cours même si d'aucuns osent le nier). C'est respecter son être, de ne pas lui offrir les moyens de communication, d'interaction, d'hygiène, que ses dents ne soient jamais soignées jusqu'à lui faire éclater sa tête contre les murs en raison de la douleur ?

    Qu'on le maintienne attaché sur une paillasse des années durant ? Qu'il n'ait jamais l'espoir d'une vie incluse dans la société, que la camisole glacée soit son univers (pour lui faire éprouver le concept de moi-peau car c'est bien connu selon les préceptes psychanalystes les enfants autistes n'ont pas de contenant). Voilà ce qu'elle apporte, votre psykk de merde que vous encensez. Non, il ne faut pas la mélanger au reste ; elle pourrit tout. Casse tout le travail éducatif patiemment élaboré. Vous pouvez m'écrire, je vous transmettrai les preuves.

    Vous n'avez jamais vu nos enfants progresser et venir enfin habiter dans le même monde que leurs parents ? Vous n'avez jamais entendu pour la 1ère fois un enfant autiste dire maman à 5 ans ou 6 ans ou 8 ans au plus et nous faire chialer ? C'est pas la psychanalyse qui apporte ce miracle, jamais ! Vous avez jamais assisté au 1er vrai repas de votre fils à 7 ans ou plus ? Assisté à sa 1ère fois à la toilette très tard ? Fini un jour avec l'arrêt aux urgences pour les constipations ?

    Vous n'avez jamais assisté à la renaissance de votre enfant ? avec les méthodes éducatives, à l'école ? Vous préférez les voir en légumes, les petits autistes français ? moi je préfère les voir en êtres humains... en citoyens...

    Allez vous faire voir, vous. Mélenchon, lui avait tout compris sur la psychanalyse : elle rapporte tout au sexe et nie l'individu.

    Il ferait mieux d'appliquer aux autres les indulgences qu'il s'applique à lui-même, votre Méluche :

    http://www.dailymotion.com/video/xgumw3_melenchon-deshabillons-les-3-3-l...

    Vous êtes des démagogues qui cirez les pompes des syndicats du médico-social pour qu'ils gardent leurs petites vaches à lait que sont nos petits autistes. Vous êtes des trafiquants d'êtres humains. Vous êtes les complices de notre supplice.

    Par luciolerouge, le 04 juin 2013 à 13:14.

  • Pour le retrait du plan autisme

    Grand mère d'un enfant atteint d'autisme et membre d'une association qui met en pratique de manière concrète les approches comportementales et éducatives ,je m'insurge contre ce type de réaction que je qualifierais de primaire parce que visiblement vous ne connaissez rien au problème - On a l'impression que vous réagissez ainsi parce que ça vient des USA et pays anglo saxon (même si ces approches sont privilégiées à présent en Italie, Espagne etc). Il y a un seul pays où la psychanalyse tient encore le haut du pavé, c'est l'Argentine... Et la france, mais c'est en train de changer.

    Les absurdités que vous proférez me font honte d'autant plus que j'ai le coeur fortement à gauche. J'habite dans une municipalité communiste et au cours d'échanges avec les élus,en montrant les résultats, en discutant les opinions évoluent... Notre association et nos pratiques ont le soutien de la sénatrice communiste Annie David ... Elle a eu le curage d'organiser un colloque au Sénat et elle est restée pétrifiée devant la complexité du problème. No, monsieur, c'est inutile d'attendre que le désire de communiquer émerge chez ces enfants, car ces enfants veulent commubiquer mais ils n'ont pas les outils. Si on ne les leur donne pas, ils vont pêter les plombs et faire des crise du comportement que messieurs les psychiatres "soigneront" par les neuroleptiques. Un des premiers bienfaits de l'ABA entre autre, c(est que peu à peu les crises de comportement diminuent, les familles peuvent à nouveau sortir, aller aux courses avec leur enfant, rendre le train etc et même envisager de reprendre une carrière interrompue.

    Par GALLETTI Françoise, le 04 juin 2013 à 09:25.

  • comment peut on ecrir de tel inepsie

    il est annormal et revoltant que le parti comuniste puisse ecriire et diffuser de tel propos la pshychanalyse a la française pose unh vrais probelmes d'ecroquerie mentales comment peut on s'opposer a une avancer hystorique sur notre fonctionement français les lobie concernée sont plus interesser par le budget des opitaux pshychiatrique que par un réel résultat parent et fil de personnes autiste je connais trop bien les résultat minable qu'on obtenu nos docteur vous pensez réelement être elu avec de tel afirmation c'est pathétique

    Par pietri, le 04 juin 2013 à 07:50.