Commission santé du Parti communiste français

Commission santé du Parti communiste français
Accueil > Les publications
 

Abonnez vous aux Cahiers de Santé Publique et de protection sociale

le 10 juin 2016

Abonnez vous aux Cahiers de Santé Publique et de protection sociale

Tous les renseignements pour s'abonner en cliquant ici

Les Cahiers de santé publique et de protection sociale

Les cahiers de santé publique et de protection sociale sont en ligne sur le site de la Fondation Gabriel Peri

Tous les renseignements pour s'abonner en cliquant ici

Les Cahiers de Santé Publique et de Protection Sociale sont maintenant en ligne sur le site de la fondation Gabriel Peri. Vous pouvez les retrouver en cliquant ici.

 

A coeur ouvert - premier trimestre 2014 - Stratégie nationale de santé : un leurre.

le 18 February 2014

De novembre 2013 à février 2014, c’est quelques 150 « pseudo débats » départementaux et régionaux sur la stratégie nationale de santé qui sont succédés avant la future loi de santé publique proposée en 2014. Démarche participative a priori intéressante puisqu’elle est censée mobiliser tous les acteurs, faire remonter les contributions des territoires sur les problèmes et les propositions d’actions. Sauf que, concrètement, ces journées de débats ne réunissent le plus souvent que des « experts » de la santé, le citoyen de base étant le grand absent de ces échanges.
Malgré des propositions intéressantes faites lors des débats départementaux par des professionnels de santé, des représentants d’associations d’usagers, des syndicalistes et des camarades du PCF, aucune ne semble citée lors des synthèses et propositions phares des débats régionaux.
Il semble que seules celles allant dans le sens de la feuille de route de la SNS aient été retenues !
La stratégie nationale de santé, qui prétend avoir pour objectif de refonder le système de santé français, s’inscrit dans une totale contradiction avec la politique de réduction des dépenses de santé que suit obstinément notre gouvernement. Aucuneremise en cause de la loi Hôpital, patient, santé, territoire (HPST), du mode de financement dans le cadre d’une enveloppe fermée que représente l’ONDAM (Objectif national des dépenses d’assurance maladie), n’est envisagée. Les restructurations, les fermetures de services sont maintenues avec fermeté par les directeurs des ARS dont les pouvoirs sont amenés à se renforcer. C’est la
casse des hôpitaux qui continue, qu’ils soient locaux ou CHU, la casse de notre système national de santé avec la décentralisation telle qu’elle est envisagée et les inégalités territoriales qu’elle va engendrer.
Comment peut-on croire à la véritable volonté de Marisol Touraine et du gouvernement derefonder notre système de santé français dans une vraie grande loi de santé publique, quand elle affirme que la mise en oeuvre des axes prioritaires de cette future loi trouvera une première traduction concrète dans la LFSS (loi de financement de la sécurité sociale) de 2014. LFSS qui demande 4 milliards d’euros de réduction des dépenses de sécurité sociale, 440 millions d’eurosd’économies pour les hôpitaux ? Autant de non réponses aux besoins de santé de la population.
Les salariés des établissements de santé, les collectifs de défense ne sont pas dupes face aux propositions de la stratégie nationale de santé et se sont mobilisés dans plusieurs régions pour dénoncer l’asphyxie de l’hôpital public, le ras-le-bol des hospitaliers, les inégalités sociales de santé qui ne cessent de se creuser.
Le PCF, porteur de nombreuses propositions, était à leur côté proposant « d’inviter » les questions de la santé dans les débats municipaux ; rappelant que cette bataille autour de la santé s’inscrit dans une démarche globale, indissociable de la politique de réduction de la dépense sociale et de l’idéologie de la baisse du « coût du travail ».

 
 

Les articles de ce numéro à lire en ligne