Commission santé et protection sociale du Parti communiste français

Commission santé et protection sociale du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

Loi santé : Une grève, réalités et responsabilités gouvernementales

Des médecins de ville ont fait une grève très médiatisée jusqu'au 7 janvier.

Les raisons invoquées par les responsables syndicaux étaient essentiellement autour de la surcharge de travail administratif qu'engendrerait, à leur avis, la généralisation du tiers payant.

Cela c'est parfois traduit par le rejet du tiers payant, certains allant jusqu'à théoriser sur le « pseudo bien fondé » du fait de payer... Être pris en charge par la protection sociale serait, selon ses doctes penseurs, déresponsabilisant...

Il est réel que la mise en oeuvre du tiers payant, c'est à dire de la possibilité de ne pas faire l'avance des frais, est génératrice de frais de fonctionnement. C'est pour cela que le mouvement des centres de santé demande une prise en charge de ces frais. Pourquoi le gouvernement tarde-t-il à répondre à cette demande ? Il en va de la survie de nombreux centre de santé.

La généralisation du tiers payant sans accompagnement engendrerait un surcroît de travail administratif réel pour les praticiens. De plus, elle ne règle pas le niveau très élevé des « restes à charge » pour les ayant-droit à la santé.

Nous proposons plutôt de reconquérir le remboursement par la sécurité sociale des soins prescris, avec le retour au 80% tout de suite, de viser le 100% pour les jeunes de moins de 25 ans et les étudiant-e-s dans la perspective d'aller rapidement au remboursement à 100% des soins prescris par la sécurité sociale et pour tout le monde.

Il est aussi réel que le renoncement aux soins pour raison financière affecte actuellement près de 30 % de la population et près de la moitié des étudiant-e-s. C'est inacceptable. Il y a urgence à engager des vraies mesures de gauche pour endiguer cette situation. Le droit à la santé doit redevenir un droit accessible à toutes et tous.

Or, les mesures annoncées par la ministre dans la future loi santé ne sont prévues que pour 2017. C'est aujourd'hui que la population a besoin de réponses.

Des mesures de gauche pour aujourd'hui sans attendre 2017

Plutôt que des effets d'annonces ou des polémiques, il y a des mesures urgentes à prendre :

- Suppression des franchises et forfaits notamment imposés par la loi "Bachelot",

- Réelle suppression des dépassements d'honoraires avec une revalorisation de la rémunération des médecins,

- Attribution des moyens pour soutenir les centres de santé qui appliquent le tiers payant sans aide de la sécurité sociale ni de l’État,

- Pôle public du médicament qui permette de gagner une maîtrise publique du médicament, de la recherche à la distribution. Il faut en finir avec les profits des multinationales du médicament ; il n'est plus supportable d'avoir des remboursements partiels de médicament : soit le produit est efficace et il est remboursé à 100% soit ce n'est pas un médicament.

- Véritables remboursements pour la lunetterie, les soins dentaires, l'audition. Il faut en finir avec l’hypocrisie du montant scandaleusement bas du remboursement de ces soins.

- Arrêt immédiat des suppressions d'activité et des fermetures de services de santé...

Il n'y a aucune de ces mesures dans le projet de loi santé...

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.