Commission santé du Parti communiste français

Commission santé du Parti communiste français
Accueil > Les publications
 

Abonnez vous aux Cahiers de Santé Publique et de protection sociale

le 10 juin 2016

Abonnez vous aux Cahiers de Santé Publique et de protection sociale

Tous les renseignements pour s'abonner en cliquant ici

Les Cahiers de santé publique et de protection sociale

Les cahiers de santé publique et de protection sociale sont en ligne sur le site de la Fondation Gabriel Peri

Tous les renseignements pour s'abonner en cliquant ici

Les Cahiers de Santé Publique et de Protection Sociale sont maintenant en ligne sur le site de la fondation Gabriel Peri. Vous pouvez les retrouver en cliquant ici.

 

Une société pour tous les âges ... on y revient !

le 22 April 2016

Comme nous l’avons indiqué, PleinTemps août/sept. 2015, l’ONU en 1999 proposait le thème Une société pour tous les âges, en précisant : « Il se pourrait […] (que) ce soient les personnes âgées elles-mêmes qui, du simple fait de l’accroissement de leur nombre et de leur influence, imposent à la société ce passage à une conception positive et active du vieillissement comme occasion de poursuivre son développement personnel ».
Même si le « Machin » comme disait de Gaulle, peine beaucoup à mettre en oeuvre ses orientations, cette mise en débat au niveau international démontre qu’il s’agit d’une question d’importance et que des solutions existent pour peu que nos gouvernants veuillent bien y mettre les moyens ou que les peuples leur imposent de le faire.
En France, la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, votée fin 2015, pouvait apporter des avancées vers cette société pour tous les âges. « Le texte final est simplement décevant » nous indique notre camarade Annie David, sénatrice.
Au printemps 2007, partageant largement la vision portée par le manifeste : Une société pour tous les âges,
Marie-George Buffet exprimait la nécessité qu’une politique du « vieillissement » dépassant la seule politique de la vieillesse soit mise en oeuvre afin de faire face aux défis posés par les évolutions démographiques.
Poursuivant le principe d’une solidarité intergénérationnelle, cette politique impliquera que soient déployés les moyens financiers nécessaires et que soient accordés aux personnes du 3e et du 4e âges les pouvoirs pour faire valoir ce qui constituerait de nouveaux droits.
Aujourd’hui, nous considérons que les dépenses sociales de santé, de retraite, pour la politique familiale, etc. devraient être étendues et réorientées. Une réforme de fond du financement permettrait de prendre en compte les besoins sociaux (retraite, santé, famille, emploi).
Une refonte de progrès du système de protection sociale est une nécessité vitale pour sortir de la crise en cours, notamment pour répondre aux nouveaux besoins de santé, aux exigences d’une politique familiale moderne, d’un financement dynamique des retraites, de l’autonomie des personnes âgées, etc.
Des constructions institutionnelles nouvelles pourraient concerner un nouveau système de sécurité d’emploi ou de formation. Celui-ci viserait à assurer à chacune et à chacun une sécurité et une continuité de revenus et de droits sociaux relevés. Cela impliquerait de nouveaux droits sociaux et pouvoirs des salariés et retraités, des acteurs sociaux, des associations, des usagers et de toutes les populations.
La promotion de la formation tout au long de la vie, la sécurisation et le développement de l’emploi, des salaires, pourraient concourir à dégager de nouvelles ressources pour la sécurité sociale, tout en visant une nouvelle avancée de civilisation.

 
 

Les articles de ce numéro à lire en ligne