Commission santé du Parti communiste français

Commission santé du Parti communiste français
Accueil
 

100%sécu

Abonnez vous aux Cahiers de Santé Publique et de protection sociale

 
 
 

GHT : pas d’autre issue que de passer à la lutte tout azimut !

135 conventions de constitution ont été signées dans l’ignorance totale des usagers et de la population dont l’attention, cet été, a été malheureusement retenue par de tragiques évènements…

Et pourtant, il s’agit bien d’une condamnation sans appel de notre système d’hospitalisation publique à la française, et non pas, n’en déplaise à M. Touraine, d »’une révolution sans doute mesurable à celle de la création des CHU » !

Hospitaliers, usagers, élu-e-s, ensemble, nous n’avons pas d’autre choix que d’entrer en résistance et mener des combats concrets au quotidien, en prenant appui sur les besoins, l’exigence de démocratie et de financement.

Il y a quelques mois nous affirmions « qu’il n’y aura pas de bons GHT ». Sans ignorer les luttes qui ont prévalu dans la mise en place, notamment pour modifier le périmètre de tel ou tel GHT, et encore des hôpitaux psychiatriques qui ont obtenu pour un certain nombre des dérogations, il demeure que nous constatons une refonte globale de l’offre de santé.

Mais il serait totalement erroné de penser « que les carottes sont cuites » et qu’il n’y aurait plus rien à faire : une chose est d’acter à marche forcée la constitution des GHT, autre chose est la mise en œuvre de ces « usines à gaz » !

Au-delà des délais nécessaires à ce grand chamboulement, la force de nos réactivités plurielles réside d’abord dans notre soutien à l’expression concrète des besoins :

-La principale inquiétude, largement partagée, porte sur la menace de la proximité. Elle se concrétise, sur l’ensemble des sites hospitaliers, par le maintien des activités généralistes telles que les maternités, les services de médecine de chirurgie, les urgences et un plateau technique…Ce n’est pas seulement l’accès aux soins qui est en cause mais la sécurité des patient-e-s !

-Le « grand virage ambulatoire » prôné depuis de nombreuses années porte le « grand mirage » en matière d’économies escomptées : autant certains actes en chirurgie ambulatoire apportent un progrès et un confort aux patients ; autant la généralisation sur des interventions complexes telle que les prothèses de hanche ou encore de genou, devient dangereuse ou pour le moins maltraitante ! Par ailleurs la prise en charge financière est externalisée, privatisée ! Il nous faut être vigilants : toutes les hospitalisations complètes sont concernées : l’obstétrique, les services de médecine…alors que les projets d »’hôtels hospitaliers » de chaînes privées vont fleurir !

- Enfin il faut démasquer cette énorme imposture : NON ! Les GHT ne vont pas améliorer l’organisation des soins. Au bout c’est moins de services, moins d’activités, moins de lits et la pénurie persistante, notamment dans la prise en charge des maladies chroniques, le vieillissement, la cancérologie, la psychiatrie…

Pour cela, il nous faut passer à l’offensive sur le terrain de la démocratie !

C’est bien sur le terrain de la démocratie, arme des communistes par excellence, qu’il nous faut nous déployer, prendre des initiatives innovantes pour un mouvement large de rejet de la mise en place des GHT : échanges avec les organisations syndicales, consultations des populations, mobilisation des élu-e-s ; ne pas s’isoler des communautés médicales, ne pas tomber dans le piège de « jouer » un territoire contre un autre, solliciter les acteurs de santé de ville, les associations…Au bout nous pouvons engranger des succès significatifs à l’image de la psychiatrie…

Mais plus que jamais, il nous faut être présents sur le terrain du financement :

  • Besoin de financement de tous les établissements du groupement pour maintenir les effectifs et embaucher, investir

  • Besoin de financement des opérations de coopération hospitalière déjà existantes ou en cours

  • Besoin de financement pour créer les activités répondant à de nouveaux besoins

Cela est d’autant plus nécessaire que le regroupement des activités logistiques et techniques va siphonner les budgets hospitaliers, tant de » l’établissement-support » que tous les autres…

C’est projet par projet qu’il faut mettre en échec l’objectif des 3milliards d’économies d’ici 2017. C’est ainsi que nous pouvons créer un climat combatif et confiant pour nous mobiliser, nombreux, pour porter nos exigences dans le prochain débat budgétaire de la sécurité sociale à l’automne prochain.

Evelyne Vander Heym

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.