Commission santé et protection sociale du Parti communiste français

Commission santé et protection sociale du Parti communiste français
Accueil > Les publications
 

Abonnez vous aux Cahiers de Santé Publique et de protection sociale

le 10 June 2016

Abonnez vous aux Cahiers de Santé Publique et de protection sociale

Tous les renseignements pour s'abonner en cliquant ici

Les Cahiers de santé publique et de protection sociale

Les cahiers de santé publique et de protection sociale sont en ligne sur le site de la Fondation Gabriel Peri

Tous les renseignements pour s'abonner en cliquant ici

Les Cahiers de Santé Publique et de Protection Sociale sont maintenant en ligne sur le site de la fondation Gabriel Peri. Vous pouvez les retrouver en cliquant ici.

 

Globule Rouge - Octobre 2014 - La modulation des allocations familiales, une grave faute politique

le 21 October 2014

La question de l’universalité de la Sécurité sociale est déterminante. La protection sociale n’a pas vocation à réduire les inégalités sociales mais à compenser la maladie pour l’assurance maladie, le coût de l’enfant pour les alllocations familiales, l’arrêt du travail par la pension de retraite.
S’il faut une politique de réduction des inégalités sociales, c’est avec l’égalité salariale femmes /hommes, l’augmentation des minima sociaux et le plein emploi. Cela nécessite de la détermination politique.
Les parlementaires socialistes à l’initiative de ce projet et le gouvernement font payer à la Sécurité sociale leur absence d’ambition et de courage politique à affronter le patronat dans une politique de réduction des inégalités sociales. Ils préfèrent que les assuré-es sociaux se répartissent la protection sociale en régression.
Car instaurer un montant c’est ouvrir la porte de la modification rapide de ce montant. Mesurons bien que,
pour le gouvernement, une retraite à 1200€ n’est pas une petite retraite… Alors, les « hauts revenus» cela
peut aussi débuter à 2000€ demain…
Moduler les droits, c’est créer de fait des catégories qui seront utilisées à termes comme levier pour diviser les travailleurs, les salarié-e-s, et détruire le système de protection sociale. En effet, les patrons de l’assurance auront beau jeu de proposer encore de nouveaux produits pour les « hauts revenus ». Viendra aussi la proposition de moduler les cotisations à la baisse pour ceux qui n’auront plus les prestations…
C’est le détricotage de la Sécurité sociale qui est enclanché.

Au contaire, ce qu’il faut moduler, c’est un impôt vraiment progressif, ainsi que la cotisation employeur, et mettre en place une vraie mise à contribution du capital et des entreprises, notamment sur les revenus financiers.
C’est une question politique centrale. Les dirigeants du PS viennent à nouveau de lâcher un repère historique de la Sécurité sociale.
Les mobilisations sont indispensables pour combattre l’austérité et reconquérir une protection sociale solidaire comme le 15 novembre. Les communistes y sont déterminés.

 
 

Les articles de ce numéro à lire en ligne