Commission santé du Parti communiste français

Commission santé du Parti communiste français
Accueil

Argenteuil : la radio-thérapie doit vivre

.
 
 
 
 

L’hôpital d’Argenteuil dispose du seul service public de radiothérapie pour un bassin d’environ 500 000 habitants, dont une partie importante rencontre des difficultés sociales. Il a été complètement restructuré et équipé d’appareils de pointe extrêmement performants dont le dernier a été mis en service en mai 2010. Cela représente un investissement de 4 millions d’euros.

Sous prétexte que le service n’a accueilli « que » 575 patients au lieu des 600 exigés, Mr Évin annonce sa fermeture lors de l’installation de la Conférence de territoire du Val d’Oise le 18 janvier dernier. Cette fermeture :

  • mettrait en danger des malades qui devront en plus subir des trajets plus longs et des dépenses supplémentaires,
  • menacerait d’autres services associés au traitement du cancer et tout le réseau d’oncologie mis en place dans le cadre du plan cancer,
  • gaspillerait 4 millions de fonds publics investis,
  • servirait les intérêts des groupes privés qui auraient alors le monopole de ces traitements dans le département.

Dès cette annonce, l’émotion et la colère ont été fortes. À l’appel du Comité de Défense, une centaine de personnes se sont rassemblées lors de la réunion du Conseil de surveillance le 27 janvier.

Un Conseil d’agglomération Argenteuil-Bezons extraordinaire s’est tenu devant l’hôpital le 3 février à l’appel des maires des 2 villes.

Depuis, la colère monte et la résistance s’élargit. À l’appel du Comité de défense et de la CGT, soutenu par les élus et de nombreuses organisations, une manifestation de plusieurs centaines de personnes a traversé Argenteuil de l’hôpital à la sous-préfecture le 5 février. Le sous-préfet reconnaît que toutes les conditions exigées par l’ARS pour le maintien du service sont remplies, à l’exception du seuil de 600 patients pourtant presque atteint alors que la mise en activité complète du service n’a commencé qu’en mai. Les élus du bassin, toutes tendances confondues se mobilisent pour le maintien du service.

La pression du privé est soulignée de façon scandaleuse à la fin du rapport de l’Inspection générale des Affaires sociales (IGAS) sur l’hôpital d’Argenteuil où l’on trouve cette phrase : « Les relations avec les thérapeutes privés sont difficiles. A titre d’exemple, la clinique de Sarcelles est réticente, voire menaçante, vis-à-vis du développement de la radiothérapie d’Argenteuil ».

Le Conseil de surveillance et le Comité de défense ont demandé un rendez-vous à Évin. Avec ou sans ce rendez-vous, le Comité le défense ira au siège de l’ARS exprimer l’exigence du maintien de la radiothérapie.

Plus largement il continue à se battre contre le projet aberrant et dangereux de restructuration des urgences chirurgicales et radiologiques la nuit et le week-end, pour obtenir la réintégration des services de stérilisation et de la pharmacie dans la reconstruction de l’hôpital et pour obtenir l’autorisation de l’activité de rythmologie.

Christiane Leser

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.