Commission santé et protection sociale du Parti communiste français

Commission santé et protection sociale du Parti communiste français
Accueil > Les publications
 

Abonnez vous aux Cahiers de Santé Publique et de protection sociale

le 10 June 2016

Abonnez vous aux Cahiers de Santé Publique et de protection sociale

Tous les renseignements pour s'abonner en cliquant ici

Les Cahiers de santé publique et de protection sociale

Les cahiers de santé publique et de protection sociale sont en ligne sur le site de la Fondation Gabriel Peri

Tous les renseignements pour s'abonner en cliquant ici

Les Cahiers de Santé Publique et de Protection Sociale sont maintenant en ligne sur le site de la fondation Gabriel Peri. Vous pouvez les retrouver en cliquant ici.

 

Les publications du secteur santé

Globule Rouge

Réflexions et propositions de la Commission Santé du PCF pour une politique non marchande de la santé.

 
 

Dernier numéro

Globule Rouge - avril 2019 - Macron maintient son cap, les mobilisations aussi !

le 08 May 2019

Globule Rouge - avril 2019 - Macron maintient son cap, les mobilisations aussi !

Dans sa conférence de presse du 25 avril, Macron nous a joué la scène finale de sa comédie entamée depuis cinq mois, sur le changement qu’aurait opéré sur lui la crise sociale et les mobilisations des Gilets jaunes, en proclamant simultanément que «désormais l’homme serait placé au cœur de son projet » mais… « Est-ce pour autant qu’il faudrait tout arrêter, tout ce qui a été fait depuis deux ans ? Je crois tout le contraire ».
Espérant l’adhésion du plus grand nombre à son discours, le chef de l’état a usé d’une imposture assumée en déclarant qu’il n’y aurait plus « d’ici la fin du quinquennat de nouvelles fermetures, ni d’hôpitaux, ni d’écoles, sans l’accord du maire». Supercherie relativisée dès le lendemain par sa ministre de la Santé Agnès Buzin, qui déclarait : « ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de restructurations ». Et pour cause, sa loi santé, actuellement discutée au Parlement, va « labelliser » 500 à 600 hôpitaux de proximité, ce qui va se traduire par de nombreuses fermetures de services et de lits en chirurgie, obstétrique et urgences dans les
territoires, fermetures s’appuyant sur la réforme des autorisations d’activités et d’implantations de matériels lourds prévue dans la nouvelle loi santé.
Cela va aboutir à moins d’offres de soins, concentration dans les grandes métropoles et moins de proximité pour toute la population quelque soient les besoins. Le noyau dur du projet macroniste est bel et bien de
s’attaquer au service public hospitalier et à son financement. Changer vraiment la nature de notre système de santé est bien le processus engagé par ce gouvernement ultra-libéral en diminuant la place de l’hôpital
public qui représente encore la part la plus importante des dépenses de maladie.
Macron ne change pas de cap, il maintient sa volonté de baisse de la dépense publique, de s’attaquer aux allocations chômage, aux cotisations sociales, au temps de travail et aux retraites en expliquant avec indécence aux Françaises et au Français qu’ils devront travailler plus et plus longtemps, mais pas touche aux ultra-riches et au coup du capital.
De puissantes mobilisations dans la rue et dans les établissements de santé se développent et s’amplifient, et face à la surdité et au mépris du gouvernement, la construction d’un rapport de force du « tous ensemble » est plus que jamais indispensable ; les mobilisations du 1 er et du 9 mai iront dans ce sens.
Et voter le 26 mai pour la liste de Ian Brossat, pour l’Europe des gens, pas l’Europe de l’argent, c’est aussi construire ce rapport de force en France et en Europe.